Contact

Mairie de Vaiges

LOGO1 route Bazouge de Chéméré

Tél. : 02.43.90.50.06
Fax : 02.43.90.52.22

mairie.vaiges@wanadoo.fr

Enfance / Jeunesse

Histoire de Vaiges

Retrouver:
le bulletin municipal 2016
le bulletin municipal 2015
le bulletin municipal 2014
le bulletin municipal 2013
 
 
L'origine du nom de Vaiges

Il est assez obscure. Certains étymologistes ont supposé que Vaiges ou Vages venait du nom gaulois Veges qui signifie marécage et qui correspondrait à la position topographique du bourg (plan d'eau actuel). D'autres ont proposé que Vaiges était l'ancienne cité romaine Vagoritum capitale des Arviens mentionnée par un géographe grec du 2ème siècle Ptolémée ("Vagoritum" signifiant gué sur la Vaige). Bien sur, ce ne sont que des hypothèses et l'on restera éternellement dans le doute... Cependant, une seule certitude; Vaiges tient son nom de la rivière la Vaige dont le sens se perd dans la nuit des temps car, comme tous les cours d'eau, l'origine de son nom est très ancien et remonte à la préhistoire.    

             

Transformations du village au XIXe siècle

La physionomie actuelle du village est le résultat des aménagements menés à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle.

 

La route royale

Une route royale reliant Laval au Mans créée en 1766, sous le règne de Louis XV, augmenta l’attractivité du bourg. En 1825, un plan d’alignement prévoit l’élargissement de la route dans le centre de Vaiges.

 

Le tramway

 

Le tramwayÀ la fin du siècle, l’arrivée du tramway départemental reliant Laval à Saint- Jean-sur-Erve occasionna des travaux d’aménagement : deux maisons proches de l’église furent détruites pour faire passer la voie ferrée. Une gare fut créée en 1898 selon un modèle standardisé et peu onéreux : soubassement en pierre de taille de calcaire bleu, murs en moellons enduits, encadrement des ouvertures en briques.

Servant au transport des personnes, des marchandises ou du bétail, le train n’était pas puissant ; les habitants étaient parfois invités à le pousser pour l’aider à repartir ! Il fut d’ailleurs rapidement supplanté par les autocars et les camions et la ligne ferma en 1938.

 

La place de l’église

 

Eglise St Laurent smallLa place apparait comme le point central du village, lieu de vie religieuse mais également de vie économique. Jusqu’en 1860 les halles étaient accolées à l’église. Il s’y tenait les marchés mais aussi les réunions du conseil de la fabrique. En bois, elles étaient aussi appelées « chapi treau » terme local désignant souvent un espace couvert muni d’un auvent. Une trace de la porte reliant les halles et l’église est encore visible sur le mur sud de celle-ci. Au XIXe siècle, les abords de l’église furent profondément transformés.

De nouvelles habitations aux façades homogènes et alignées remplacèrent les maisons d’origine médiévales.

Une tourelle d’escalier du XVIe siècle est cependant encore visible sur une maison située face à L’église.

 

La mairie-école

 

Ecole Publique smallLe XIXe siècle apparait comme le siècle de l’enseignement avec la création en 1828 du Ministère de l'Instruction Publique. Cinq ans plus tard, la loi Guizot obligea les communes à se doter d'une école primaire. Edifiée en 1841- 1842, l’école des garçons fut reconstruite vers 1882. Sa partie gauche accueillit alors la mairie. Le bois des halles fut utilisé pour la construction du préau. Avec son soubassement en pierre de taille de calcaire bleu, ses encadrements de baies et ses chaînes d’angle, corniche et bandeaux en tuffeau ses corps de bâtiment aux toitures fortement différenciées selon les fonctions- de gauche à droite, la mairie, les deux salles de classe et le logement de l’instituteur- la mairie-école s’affiche comme un bâtiment public dans l’espace villageois. Le même soin a été apporté au bâtiment de l’école des filles, reconstruite en 1876, à l’emplacement de l’ancienne chapelle du Marchis. En 1904, des enseignantes laïques remplacèrent les religieuses d’Evron. Aussi, une école privée fut construite route du Mans. 

 

Extension du bourg de 1830 à 1900

 

Le lavoirLe bâti du bourg a connu des transformations importantes, surtout entre 1830 et 1900. Quelques rares maisons conservent encore des éléments plus anciens, comme la maison du n°6 rue du Canal et, rue du Fief aux Moines (route de Sainte-Suzanne), la maison de Craux et l’ancien prieuré Saint- Jacques, très remanié mais qui a gardé sa charpente des XIVe et XVe siècles. Dans cette dernière rue, le plan d’alignement de 1860 entraina la démolition de plusieurs maisons. À l’emplacement du parking actuel s’élevaient les écuries de l’hôtel du Pigeon Blanc, détruites dans la seconde moitié du XXe siècle. Pour améliorer l’hygiène, un lavoir fut construit au milieu XIXe siècle. Il est alimenté d’un côté par le ruisseau du Fief aux Moines et de l’autre par l’eau de pluie se déversant dans le bassin de lavage grâce à l’inclinaison du toit. Un second bassin servait au rinçage.
 L’extension de la commune au XIXe siècle se fit principalement sur la route de Laval, avec la construction de maisons aux caractéristiques architecturales homogènes : encadrement des ouvertures en pierre de taille de calcaire bleu au rez-de-chaussée et en tuffeau à l’étage.

 
Le blason 

 

Le BlasonLe blason élaboré grâce aux recherches et à la créativité des membres de la Commission Culture, de Monsieur BINON (créateur de blason), de vaigeois et de passionnés d'histoire.

 

Comme vous pouvez le constater, l’héraldique de notre blason est la suivante.

Un « chevron » jaune pour figurer le « V » de Vaiges, un « grill » blanc attribut de Saint Laurent notre Saint patron, deux « coquilles » blanche pour rappeler le prieuré de Saint Jacques.

Un fond vert car il s’agit de la couleur fréquemment choisie pour évoquer la campagne.